’’ L’intermittent’’

L’intermittent

  • Introduction

Beaucoup d’arbitres actuellement pensent faire de l’intermittent sans même connaître les facteurs physiologiques et sans connaître leur VMA. Simplement courir sur une distance (exemple le long de la ligne de touche) le plus vite possible et ce répéter plusieurs fois. L’arbitre va penser en finissant sa séance épuisé, qu’il aura bien travaillé, mais il sera à l’inverse du travail intermittent et donc d’un travail de qualité. Les arbitres parlent aussi de fractionné et mélangent le fartlek et l'intermittent qui sont à l'opposé l'un de l'autre.

L’article que je vous propose et d'aider et d'informer les arbitres et les assistants à bien pratiquer ce travail intermittent en donnant tous les facteurs à respecter pour bien réussir sa séance.

L’activité physique d’un arbitre de football ou de rugby de part la grandeur du terrain de jeu, intègre un grand nombre de courses à différentes et hautes intensités avec des temps de récupération ce qui n’est pas le cas d’un assistant, d’un arbitre de futsal, de handball ou de basket-ball. Ce constat justifie l’usage du travail intermittent comme nous allons le voir avec ses avantages et ses variantes.

Lors d’une séance d’intermittent si plusieurs arbitres et assistants s’entraînent ensemble, il sera essentiel d’individualiser les distances. Il n’est pas concevable que tous les arbitres et assistants fassent la même distance, le même volume de travail et le même intermittent.

Le travail intermittent sera réalisé vers la fin de la période pré-compétition après un travail à base de footing et de fartlek pour les arbitres de football et rugby et après un travail de footing pour les arbitres de futsal, assistants, handball et basket-ball. Cela représente la dernière partie d’une phase de préparation d’avant saison mais doit se poursuivre tout au long de la saison pour améliorer et/ou maintenir un niveau d'endurance puissance suffisant.

  • 1 Test Physique

Avant de commencer un cycle intermittent, il est conseillé de passer un test pour déterminer la VMA (vitesse maximale aérobie). Il existe plusieurs tests mais trois ressortent plus particulièrement. Le test d’effort sur tapis, le vameval ou le test 45/15.

La VMA est une valeur de référence qui servira à déterminer une distance. En plus de cette VMA, pour ajuster cette distance il est intéressant de connaître son seuil anaérobie qui sera déterminé par un test d’effort sur tapis ou un test de 5mn sur terrain avec prise du taux de lactate.

On ne commence pas un travail intermittent sans avoir passé au préalable un test physique pour connaître sa VMA. Ce test sera réalisé la semaine précédente le travail intermittent. Travailler à partir d’une VMA de l’année précédente ou de quelques mois serait une erreur.

  • 2 Qu'est ce que la PMA ?

Beaucoup d'arbitres parlent de PMA sans en connaitre la signification. La PMA c'est quoi ? C'est la puissance maximale aérobie qui se traduit par la plus petite unité à laquelle un arbitre atteint son volume maximale d'oxygène (VO2 max). Il ne faut pas la confondre avec la VMA qui est la vitesse maximale aérobie qui se définit en km/h. La PMA se calcul en watts lors d'un test d'effort sur vélo destiné aux coureurs cyclistes. Pour solliciter la PMA il faut travailler à 100% de sa VMA avec un minimum de travail de 7mn. On ne sollicite pas la PMA en-dessous de 100% de sa VMA car on n’atteindrait pas son volume maximal d'oxygène.

La période la plus propice pour développer cette PMA commencera vers l’âge de 14 et 15 ans, après avoir passé le pic de croissance, jusqu’à l’âge de 18-19 ans. Toutefois il faudra que le préparateur physique fasse attention car les organismes à ces âges sont fragiles notamment sur le plan ostéo-tendineux et musculaire et devra être vigilant sur le volume et la charge de travail proposé aux jeunes arbitres.

  • 3 Avantages du travail intermittent

--> Augmente la capacité d’énergie possible.

--> Elève le niveau d’énergie utilisé par unité de temps (puissance maximale aérobie).

--> Augmente la durée à laquelle le pourcentage le plus élevé de la PMA peut être maintenu (endurance).

--> Repousse le seuil anaérobie

--> Améliore l’endurance spécifique de la discipline

--> Améliore la résistance à la fatigue

--> Une récupération plus facile

--> Une sollicitation de toutes les fibres lentes et rapides

--> Un travail plus variés

--> Il permet d’introduire des exercices de musculation

  • 4 Caractéristiques d'une séance à prendre en compte

- L’intensité (vitesse de course déterminée par le pourcentage de la VMA).

- Le volume (durée totale de travail de l’exercice) / exemple 2x7mn

- Le temps de récupération entre les séries 3 mn de façon active (léger footing)

  • 5 Quand placer une séance d’intermittent dans la semaine ?

Du fait d’un coût énergétique important l’arbitre ne pourra faire qu’une séance d’intermittent 15/15 dans la semaine en période de compétition. Par contre on pourra associer à l’intermittent 15/15 un intermittent 10/20 2 jours avant la séance 15/15. (exemple : le mardi 10/20 et le jeudi 15/15).

Une séance de 15/15 sera placée dans la semaine à J-3 voir J-2 du match. Une séance de 10/20 sera placée à J-2 du match. Une séance de 5/15 sera placée à J-3 voir J-4 d'un match.

Il est important lors d’un travail intermittent de respecter certains paramètres et certaines règles physiologiques pour optimiser et augmenter le potentiel physique de l’arbitre et ainsi créer le phénomène de surcompensation (cf l'entraînement physique c'est quoi ?).

Lors de la planification des séances de la semaine, l'arbitre devra être vigilant pour savoir avant et après une séance d'intermittent quoi faire. Cela demande des compétences physiologiques, techniques et avoir une certaine expérience dans l'entraînement. On ne s'improvise pas préparateur physique. Du fait que les matches sont le samedi ou le dimanche voire en semaine, il est inconcevable d'établir des séances d'intermittents sur le moyen ou long terme et donc de programmer des séances mensuelles.

  • Conclusion

Un arbitre qui veut augmenter et optimiser son potentiel physique, devra principalement axer son travail sur l'intermittent qui est le plus qualitatif. J'entends souvent des arbitres faire autour d'un terrain de football des accélérations le long de la ligne de touche ou des diagonales poteau de coin à poteau de coin et récupérer le long d'une ligne de but ou faire des 200m, 400m autour d'une piste d'athlétisme, voire faire des séances comme pour la préparation d'un marathon. Il n'y a aucun intérêt pour un arbitre quelque soit sa discipline à effectuer des séances de ce type parce que les règles physiologiques ne sont pas respectées (temps de travail/temps de récupération).

En étant au coeur des arbitres de football et ce quelque soit le niveau, je m'aperçois en ce qui concerne le travail de course comme dans beaucoup d'autres domaines physiques, que les arbitres de football font de la quantité et que l'on oublie trop souvent de faire de la qualité.

Vous trouverez dans l'intégralité de l'article payant le chapitre sur les différents types d'intermittents ainsi que les vidéos de tous les exercices.

Eric BOITARD

DESS Préparation Physique

- Message d’avertissement -

Tous les exercices proposés de façon général ou plus approfondis par l’intermédiaire de support écrit sur le site internet www.ebteam.fr utilisé par un arbitre, un arbitre assistant ou tout autre personne devra être licencié à une fédération française sportive ou avoir passé au préalable une visite médicale.

L’auteur de ce sujet décline toutes responsabilités en cas d’incident ou d’accident survenant à l’occasion de l’exécution de l’ensemble techniques contenues dans le présent document.

-->