’’L’endurance’’

L’ENDURANCE

  • Définition : 

L’endurance c’est la capacité de résister à la fatigue et accomplir le travail demandé à l’organisme pendant un temps déterminé. Quand on parle d’endurance, il faut définir deux filières énergétiques selon leur intensité et leur durée:

- Capacité aérobie

- Puissance aérobie

Comme l’activité physique d’un arbitre de football ou de rugby est à dominante aérobie avec des courses de grande intensité qui sont entrecoupés par des périodes de récupération soit active soit passive, il sera essentiel dans le cadre d’une bonne condition physique de disposer d’un gros volume. Par contre pour un arbitre assistant, un arbitre de handball ou de basket-ball, même si l’activité ne demande pas d’avoir « un gros moteur », il sera quand même important de travailler ce domaine.

La difficulté pour un arbitre réside dans le fait :

- De répéter les efforts d’une haute intensité

- De récupérer lors des phases de repos en gardant une concentration et une vigilance à chaque instant du match.

 

  • 1 Capacité aérobie

Pour travailler l’endurance capacité, on se servira comme base de donnée, soit du seuil aérobie qui aura été déterminé lors d’un test d’effort sur tapis, soit d’un pourcentage de la vitesse maximale aérobie, qui aura été évaluée par un test physique (test d’effort sur tapis, vameval ou 45/15).

L’endurance capacité se travaillera à la reprise de la saison, pendant la trêve estivale, hivernale, mais aussi après un repos prolongé de plusieurs semaines ou après une blessure. La durée du cycle dépendra du nombre de semaines d’inactivité. Pour la reprise de la saison, il faudra tenir compte du contenu de la reprise d’activité entre la phase de repos et la reprise de l’entraînement.

Il sera essentiel de passer par cette phase d’endurance à la reprise de la saison ou après un arrêt suite à une blessure ou autre pour :

- Mettre en place de bonnes « fondations »
- Mettre de « l’essence dans le moteur »
- Retrouver une aisance respiratoire
- Augmenter la densité des capillaires qui irrigues les fibres musculaires
Par la suite, dans l’objectif d’une progression, il faudra passer par l’étape fartlek et ensuite intermittent pour les arbitres de football ou de rugby. Pour les arbitres assistants de football, pour les arbitres de handball ou basket-ball on passera par l’étape intermittent et ensuite vitesse.

  • 2 Puissance aérobie

Le travail d’endurance puissance s’opère pour le travail intermittent pour solliciter la PMA (puissance maximale aérobie) qui est le travail le plus qualitatif pour un arbitre central. On se servira comme base de travail de la VMA pour déterminer la distance à réaliser lors de l’intermittent et du seuil anaérobie.

Le seuil anaérobie est le seuil de l’intensité d’effort au dessus duquel il y a augmentation de lactate sanguin. Ce seuil sera déterminé en laboratoire lors d’un test d’effort sur tapis ou lors du test de 5mn réalisé sur le terrain avec prise d’acide lactique pour connaître le taux la mmlo de lactate de l’arbitre ou de l’arbitre assistant.

Le travail de puissance comme l’intermittent est le reflet des efforts et des intensités d’un arbitre de football ou de rugby au cours d’un match entre les temps forts et les temps de repos.

Il existe deux mesures pour évaluer le potentiel aérobie.

  • 3 La VO2max

La VO2 max sera déterminée par un test d’effort si possible sur tapis pour des arbitres quelque soit la discipline car l’activité d’un arbitre est à base de course. Faire un test d’effort sur vélo fausserai le résultat. La VO2 max est influencée en partie par l’entraînement entre 15 et 20ans mais également par le potentiel génétique. Elle correspond à la consommation maximale en oxygène utilisée par le muscle au cours de l’effort (exprimé en ml.mn.kg ). Cette mesure ne nous servira pas comme base de travail mais il est important de la connaître surtout vers l’âge de 15 ans pour voir l’évolution au cours des années à venir.

  • 4 La VMA

La VMA, elle servira de base de travail. Elle s’exprime en km/h. On va mesurer le potentiel de l’arbitre grâce à un test physique, soit par un test d’effort en laboratoire sur tapis, soit par le test vameval, soit par le test 45/15.

  • Conclusion

Pour un arbitre, il n’est pas nécessaire du fait de son activité de faire des footings de plus d’une heure sauf si son objectif est une perte de poids ou si il se prépare pour son plaisir à une semi marathon ou à un marathon. Dans ce cas là, la durée des footings dépassera 1h pour aller jusqu’à 2h30. Mais attention la préparation, la planification et le contenu sera complètement différent par rapport à une préparation « classique ».
Dans la mesure du possible, quelque soit la discipline que l’on arbitre, il sera intéressant d’évaluer, en début de saison, et à la trêve hivernale, le potentiel et l’évolution aérobie de l’arbitre ou de l’assistant pour individualiser les futures séances et orienter le travail.

Eric BOITARD

DESS Préparation Physique

- Message d’avertissement -

Tous les exercices proposés de façon général ou plus approfondis par l’intermédiaire de support écrit sur le site internet www.ebteam.fr utilisé par un arbitre, un arbitre assistant ou tout autre personne devra être licencié à une fédération française sportive ou avoir passé au préalable une visite médicale.

L’auteur de ce sujet décline toutes responsabilités en cas d’incident ou d’accident survenant à l’occasion de l’exécution de l’ensemble techniques contenues dans le présent document.