’’L'entraînement physique - C'est quoi ? ’’

L'entraînement physique - C'est quoi ?

  • Introduction

L’entraînement est un processus physiologique dans lequel l’arbitre améliore sa condition physique pour répondre aux exigences de son niveau d’arbitrage.

L’entraînement est un processus à long terme qui est progressif et qui doit correspondre au niveau individuel de forme et de condition de l’arbitre. Lors de ses séances d’entraînement l’arbitre doit utiliser des exercices à la fois généraux et spécifiques à sa discipline et à sa fonction afin de progresser dans son activité.

  • 1 Quelques grands principes à respecter
    • La fréquence
    • En dessous de 3 séances par semaine on ne développe que très lentement et insuffisamment sa condition physique.

    • L'assiduité
    • Une qualité se développe lentement (6 à 8 semaines), se maintient aisément à raison de 3 séances par semaine, mais se perd très vite 2 à 3 semaines sans un nombre satisfaisant de séances par semaine.

    • L'intensité
    • A gérer en fonction de la qualité à développer. C’est le point le plus délicat à gérer. D’où la nécessité pour l’arbitre d’avoir un programme hebdomadaire précis et d’effectuer au cours de la saison des séances d’évaluations (type vameval ou 45/15) afin de déterminer précisément l’intensité des séances.

    • Le temps à consacrer
    • Le temps consacré à chaque exercice est inversement proportionnel à intensité de ce dernier. Plus l’intensité est élevée, plus la durée doit être écourtée, mais doit demeurer suffisante pour solliciter la filière énergétique choisie.

    • La progressivité
    • Pour que l’organisme réagisse correctement au stress de l’entraînement, il faut progressivement augmenter les charges et les volumes de travail en commençant toujours raisonnablement. Si on répète toujours les mêmes séances et si on choisi toujours la même filière énergétique, le corps n’a plus besoin de s’adapter, on ne progresse plus. La clé de la réussite c’est donc de varier ses entraînements et par là même de changer ses habitudes.

    • La spécificité
    • Elle se définie en fonction des exigences de la fonction d’arbitre ou d’arbitre assistant, de la discipline que l’on arbitre, des objectifs recherchés, des périodes de la saison et surtout des capacités de l’arbitre ou de l’assistant.

  • 2 La planification

La planification est la prise en compte de tous les paramètres liés à un objectif compétitif désigné. Cette planification sert à construire un programme hebdomadaire rigoureux et cohérent pour être performant physiquement le jour du match ou de son test physique.

Elle est aussi importante que les séances d’entraînement.

  • 3 Le rôle du préparateur physique dans la "gestion de la récupération"

Le préparateur physique joue un rôle essentiel dans la « gestion » de la récupération. Intégrer la récupération dans la planification de l’entraînement permet d’une part à l’arbitre de bénéficier du processus de surcompensation et d’adaptation (ainsi il sera susceptible de retrouver son aptitude à produire des efforts importants après des charges intenses). Et d’autre part, de prévenir les blessures et effacer les traumatismes et microtraumatismes relatifs à la pratique de l’arbitrage.

  • 4 La récupération

Il faut planifier des journées de récupération en fonction du contenu de chaque séance. Le temps de récupération ne sera pas le même si l’on fait une séance intensive (type intermittent), une séance de musculation ou une séance de vitesse par exemple.

  • 5 L'individualisation

Un préparateur physique qui entraîne plusieurs arbitres pendant les mêmes créneaux d'entraînement, doit individualiser et adapter le contenu des séances en fonction de plusieurs paramètres qui sont :

- Le match précédent
- Le match à venir
- Ses jours d’entraînement
- La discipline de l’arbitre (on ne s’entraîne pas de la même façon que l’on soit arbitre central, arbitre assistant, arbitre de rugby, arbitre de handball ou arbitre de basket-ball)
- Des tests physiques et physiologiques
- Du niveau de l’arbitre (un arbitre Départemental ne s’entraînera pas de la même façon qu’un arbitre de niveau Régional voire National)
- De l’état de forme du moment.
- De l’âge et du sexe
- De la période de la saison

La qualité de l'entraînement dépend donc de son degré d'individualisation car tous les arbitres n'ont pas les mêmes qualités ni les mêmes besoins.
Il ne serait pas concevable pour un préparateur physique responsable d’un groupe d’arbitres de ne pas tenir compte de tous ces éléments.

  • Conclusion

Si on veut parler d’entraînement il est important de bien prendre en compte tous les paramètres qui ont été cités. Si l’arbitre n’applique pas tous ces principes lors de ses séances d’entraînement, on ne peut pas utiliser le mot « entraînement ». De même, un arbitre qui fait 2 ou 3 activités physiques (exemple tennis, natation ou futsal) dans la semaine ou ne fait que deux séances par semaine même de qualité sera dans « l’entretien physique » et non dans « l’entraînement ». A l’inverse un arbitre qui s’entraînerait 4 à 5 fois par semaine sans tenir compte là aussi des paramètres cités tomberait facilement dans le surentraînement. Un arbitre qui grâce à ses facteurs génétiques innés serait en condition physique et resterait sur ses acquis simplement à faire du footing du fartlek ou de l’intermittent ne pourrait pas parler « d’entraînement ». De même un arbitre qui fait des footings, des fartlek ou de l’intermittent qui ne tient pas compte de l’ensemble de ses éléments, court mais ne s’entraîne pas.

La condition physique de l’arbitre, par l’intermédiaire des entraînements, doit être un moyen, un outil pour permettre à l’arbitre d’effectuer sa mission dans de bonnes conditions.

Toutefois, il ne faut pas oublier que la technique d’arbitrage, les lois du jeu, la psychologie doit être la priorité d’un arbitre. Le physique reste une contribution à la bonne performance sportive.

Vous trouverez dans l’article complet l’intégralité des chapitres, plus les chapitres sur les principes d’entraînement, le risque de surentraînement, le phénomène de surcompensation et la place de la récupération dans le processus d’entraînement. Vous trouverez aussi un questionnaire d’auto évaluation à remplir chaque mois.

Eric BOITARD

DESS Préparation Physique

- Message d’avertissement -

Tous les exercices proposés de façon général ou plus approfondis par l’intermédiaire de support écrit sur le site internet www.ebteam.fr utilisé par un arbitre, un arbitre assistant ou tout autre personne devra être licencié à une fédération française sportive ou avoir passé au préalable une visite médicale.

L’auteur de ce sujet décline toutes responsabilités en cas d’incident ou d’accident survenant à l’occasion de l’exécution de l’ensemble techniques contenues dans le présent document.

-->