Comment gérer la trêve hivernale

En ce mois de décembre, nous allons aborder la gestion de la trêve hivernale. La problématique qui se pose est de savoir comment gérer cette trêve et comment reprendre l’entraînement après la coupure dû aux fêtes.

Contrairement à la saison dernière où la trêve a commencé début novembre et pendant 8 mois, cette saison elle va commencer dans 8 à 15 jours et il faut dès à présent l’anticiper et la planifier. Après une période de compétition de 4 à 5 mois, en fonction du niveau de l’arbitre, l’organisme va avoir besoin de repos, de se régénérer afin de bien récupérer aussi bien sur un plan physique que psychologique.

La trêve hivernale est une période délicate à gérer mais tellement nécessaire pour recharger les batteries et surtout pour profiter des fêtes de fin d’année. Cette période doit servir aussi quelque soit le niveau de l’arbitre de faire le point avec son kiné sur le plan ostéo articulaire, musculaire et tendineux, pour anticiper d’éventuelles blessures lors de la reprise.

Il sera important pendant les fêtes de se faire plaisir sur un plan alimentaire, de passer de bons moments en famille et entre amis, mais attention à ne pas prendre trop de poids. Si un ou deux kilos sont pris, il sera important de les perdre lors de la première semaine de la reprise.

Comment reprendre l’entraînement ?

Les arbitres se soucient de leur reprise pour la deuxième partie de la saison après avoir passé les fêtes de fin d’année. Cette démarche va à l’encontre d’une bonne préparation qui doit s’anticiper et se planifier avant la dernière journée de championnat de l’année civile comme la dernière journée avant la trêve estivale. L’arbitre doit se poser les questions suivantes :

– Quelle est la date de mon dernier match de l’année civile ?

– Quelle est la date de mon premier match de l’année civile ? (se référer à la journée de reprise ou de coupe)

– Combien je m’accorde de jours de repos ?

– Combien de séances vais-je faire lors de ma reprise ?

– Quel est mon état physique ?

– Sur quel cycle j’ai terminé l’année ?

En fonction des réponses apportées par l’arbitre, le préparateur physique planifiera les 4 semaines du mois de janvier. Au vu de la charge externe qui sera soumise à l’arbitre durant cette préparation, le suivi et la communication entre l’arbitre et le préparateur physique sera très importante pour augmenter ou alléger les séances. Les programmes devront se faire par semaine et non mensuellement. Aller chercher des programmes « clé en main » sur internet ou sur des applications comme le font des arbitres et aussi des programmes qui leurs sont envoyés, n’a aucun sens car les programmes ne sont pas adaptés aux réponses que l’arbitre doit se poser et donc source de blessures car il n’y a pas de suivi. L’arbitre est livré à lui même sans aucune compétence professionnelle en matière de préparation physique. L’objectif des séances hebdomadaires est d’individualiser les programmes en fonction de plusieurs paramètres (voir article sur la planification) et pour le préparateur physique d’être à l’écoute de l’arbitre pour optimiser ses séances.

A l’inverse de la préparation d’avant saison pendant la trêve estivale ou il n’y a que des matchs amicaux, lors de la préparation après la trêve hivernale, le préparateur physique dans sa planification, dans le contenu des séances devra tenir compte des matchs de compétitions.

Après 10 à 15 jours d’arrêt total, l’arbitre pourra reprendre par un cycle aérobie. Mais celui-ci dépendra des réponses que l’arbitre communiquera à son préparateur physique. Plus l’arbitre prendra un repos supérieur à 15 jours, plus le travail foncier sera long. Comme les conditions climatiques ne sont pas toujours favorable et pour varier le travail d’endurance, l’arbitre pourra soit pratiquer du VTT, soit de la natation soit du vélo d’appartement.

 Il faut savoir à 2 séances par semaine on s’entretient même avec des séances de qualités, à 3 séances on s’entraîne si on respecte les filières énergétiques, les règles physiologiques, les principes de l’entraînement et le phénomène de surcompensation.

Il ne suffit pas d’aller courir 4 fois par semaine comme je l’entends pour être dans l’entraînement car les points ci-dessus ne seront pas respectés et donc l’arbitre sera dans l’entretien physique.

Après un cycle aérobie pour bien préparer l’organisme à l’effort qui va suivre, on passera, pour des arbitres de football, de rugby par un travail de course continue, puis à un travail intermittent 15/15. Avant de commencer le travail intermittent, il est conseillé de faire un test vameval ou 45/15 pour connaître sa VMA et non de repartir sur les bases de sa VMA du début de saison. Pour les assistants ou pour des arbitres de handball ou basket-ball, on passera des courses continues à un travail intermittent 10/20 ou 5/25 spécifique. Lors des séances, le préparateur physique pourra inclure un travail de gainage/abdos, de musculation, de renforcement musculaire préventif, de la coordination, de la proprioception et de la fréquence.

Après un relâchement physique pendant la trêve, lors de la reprise, le travail préventif sera très important et doit être le fil rouge de toute une saison. Cette prévention doit se faire conjointement avec le kiné de l’arbitre.

Si un arbitre suite a une blessure ou maladie a repris un travail aérobie 15 jours à 1 mois avant la trêve, il ou elle ne pourra pas se permettre de faire une coupure lors de celle-ci car il ou elle perdrait le bénéfice acquis lors de cette période. En collaboration avec son préparateur physique l’arbitre continuera sa progression avec une planification bien établie et des programmes hebdomadaires pour être prêt(e) lors de la reprise de sa compétition.

Conclusion :

Savoir gérer une trêve hivernale dans sa planification mais aussi sur un plan physique, dans le contenu et dans le volume des séances d’entraînement, demande des compétences professionnelles pour en connaître les répercussions physiologiques sur l’arbitre. Il serait regrettable d’avoir fait une bonne première partie de saison sur le plan physique, négliger cette trêve et sa reprise qui seraient nuisibles pour la suite de la saison.

                                                                                                                Eric BOITARD

                                                                                                     DESS Préparation Physique